top of page
Rechercher

Brèves du 26/06/23 Rapport École de Guerre Économique - Marché des éoliennes en ⏬

École de guerre économique :

L'École de guerre économique (EGE) est un établissement d'enseignement supérieur français, fondé en 1997, spécialisé dans l'intelligence économique qui s'intéresse au renseignement économique, défensif ou offensif, pratiqué dans un contexte de guerre économique et de mondialisation économique. Elle est dirigée par Christian Harbulot.

Pour mieux comprendre les raisons de notre situation énergétique :

Rapport d'alerte - Ingérence des fondations politiques allemandes et sabotage de la filière nucléaire française

Il n’est plus possible de laisser de côté les sujets qui fâchent à propos de l’Europe. L’École de Guerre Économique avait déjà publié en mai 2021 un dossier « J’attaque ! » intitulé Comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France sur la question de l’énergie. Il s’agissait alors de formaliser une grille de lecture intégrant tous les paramètres sur le cheminement stratégique de l’Allemagne (contradictions politiques, pression extérieure russe, choix énergétiques pour élaborer une stratégie industrielle, les manœuvres de diplomatie publique du gouvernement fédéral, les jeux d’influence au niveau de l’Union Européenne, les enjeux de la production de connaissances directe et indirecte). Ce dossier offensif « J’attaque ! » a précédé le débat public sur l’importance de l’énergie nucléaire pour la résilience énergétique de notre pays.

En juin 2023, dans le cadre des exercices menés par les étudiants de la formation "SIE Stratégie et Intelligence Economique", l’EGE publie cette fois-ci un rapport d’alerte qui approfondit l’étude des techniques d’influence mises en œuvre par des fondations allemandes gérées par des écologistes et des militants d’extrême gauche. Ces acteurs de la société civile allemande poursuivent le travail de sape informationnel entamé outre-Rhin depuis des années.

Il nous a semblé utile d’analyser les rouages d’une telle démarche qui affiche sa légitimité de prise de parole à travers des valeurs d’humanisme mais qui en réalité s’inscrit dans une politique discrète d’accroissement de puissance de l’Allemagne.

Christian Harbulot Directeur de l’École de Guerre Économique

Le rapport :

Ecole de guerre Rapport_Alerte_Ingerence_Fondations
.pdf
Download PDF • 2.28MB

La France réagit bien tardivement à l'emprise de l'Allemagne sur nos moyens de production d'énergie.

Ce n'est pas une raison pour accepter n'importe quoi et faire n'importe quoi. Sans doute faut-il revoir à la baisse certaines ambitions qui sont devenues un leitmotiv : "nous serons le premier pays à décarboner" Le rapport Pisani Ferry et l'avis de la Commission des technologies nous alertent. https://www.strategie.gouv.fr/publications/incidences-economiques-de-laction-climat


Le marché de l'éolien va mal

Une information sur Siemens qui dévisse en bourse suite aux problèmes graves des composants de ses éoliennes. D'où viennent les composants?..

Le marché des éoliennes en Allemagne se porte mal. Les hausses de prix des matières fragilisent les constructeurs.(article en annexe) La perte par Vestas du plus gros marché d'éolien terrestre en Europe (Serbie) face à la Chine est aussi un signe inquiétant. (Article en annexe) Une info qui n'a pas été médiatisée en France ! Après la dépendance au gaz russe, la dépendance aux éoliennes chinoises.

- Siemens :

Un examen technique interne approfondi a fait ressortir des résultats «bien pires» que prévus.

Une dégringolade de 37,34 %. C'est la chute de l'action Siemens Energy, vendredi, à la Bourse de Francfort. Ce qui représente 6 milliards d'euros de capitalisation boursière partis en fumée en une seule journée. En cause, des défaillances d'éoliennes de la filiale Siemens Gamesa du groupe allemand.

Un « taux de défaillance significativement accru » de composants d'éoliennes, selon un communiqué de l'entreprise, avec un coût de remise en état tel que les prévisions de résultats pour 2023 sont obsolètes. La maison mère de Siemens Gamesa prévoit en particulier plus de 1 milliard d'euros de charges de réparation des installations.


Un examen technique interne approfondi des parcs d'éoliennes a fait ressortir des résultats qui sont « bien pires que ce que j'aurais cru possible », a reconnu Jochen Eickholt, patron de Siemens Gamesa. Les problèmes du groupe concernent des composants défectueux, principalement liés aux roulements et aux pales de rotor des turbines sur des installations terrestres.

Les difficultés de Siemens Gamesa pèsent sur le groupe allemand depuis longtemps, ce qui a incité Siemens Energy à prendre le contrôle total de l'entreprise l'an dernier après en avoir été actionnaire pendant plusieurs années.

En mai, Siemens Energy s'attendait à dégager un résultat net négatif cette année pire que l'exercice précédent, déjà dans le rouge à hauteur de 712 millions d'euros. Le redressement était prévu cette année. Il « prendra plus de temps que prévu », reconnaît l'entreprise. Le géant allemand sera en mesure de fournir une nouvelle estimation de sa perte attendue et des coûts supplémentaires lors de la publication de ses résultats du troisième trimestre de l'exercice décalé, le 7 août.


- Vestas :

INFO reçue d’un adhérent : Source: Nordea Research.

Les grands acteurs de la filière éolienne ds le monde sont danois, Vestas, espagnols/allemands: Siemens Gamesa, américain , comme General Electrique.

Aucun Français.

Voilà une nouvelle importante :

Vestas vient d’annoncer cette semaine son carnet de commandes.

Et là on apprend que Vestas vient de perdre un très gros contrat en Serbie.

En quoi cela est-il important ?

Parce que celui qui l’a gagné est Chinois.

Il faut savoir que lorsque vs vendez une éolienne, il y a la partie équipement –environ 1.2m d’euro du MW pour chaque éolienne hors fondation, raccordements etc…- et il y a la partie service/maintenance/pièces détachées qui est très rentable -25/25% de marge vs 0%-7% pour l’éolienne elle-même-.

Jusqu’à présent, il fallait une infrastructure sur place pour assurer ce service.

Les Chinois ne l’avaient pas.

Désormais, ils cassent les prix, -40% vs Vestas. Et gagnent ce contrat.

Donc ns avons déjà 100% de la filière solaire qui est chinoise

Et désormais, les chinois vont « bouffer » leurs concurrents en cassant les prix.

On passe de la dépendance au gaz russe à celle aux renouvelable chinois….

A ce niveau d’incompétence…

On a negative note, what will become the largest European onshore project, the 874 MW Maestrale Ring project (Serbia) will be based on Chinese turbines and not Vestas's turbines as initially planned. We understand that the Chinese turbines were offered at a significant discount including a much lower (~40%) levelised cost of electricity (LCOE).

Source: Nordea Research.

En revanche, ce qui deviendra le plus grand projet onshore européen, le projet Maestrale Ring de 874 MW (Serbie) sera basé sur des turbines chinoises et non sur les turbines de Vestas comme initialement prévu. Nous comprenons que les turbines chinoises ont été proposées avec une remise importante, y compris un coût actualisé de l'électricité (LCOE) bien inférieur (~ 40 %).


- Coût des éoliennes

Le grand salon des industriels éoliens #WindEurope2023 s’est ouvert avec un chiffre sur lequel il sera difficile de trop communiquer: Le coût moyen requis pour construire 1 MW de capacité éolienne a augmenté de 38 % en deux ans. https://urlz.fr/lAHI 1/4


Deux brèves qui ont leur importance.

- La signature par la France de 42,5% d'EnR en 2030 ne sera pas sans conséquence.

- Deux milans royaux tués par une éolienne.

Source Selectra

En France, un collectif d'experts, scientifiques et juristes a engagé un recours au Conseil d'État afin de contraindre le gouvernement à respecter les objectifs fixés concernant le développement des énergies renouvelables. Le collectif exige de la part de l’État qu’il atteigne “l'objectif de 42,5% d'ENR dans la consommation énergétique globale, conformément à l'accord du conseil de l'Union européenne du 30 mars”.


Vosges Matin - 23 juin 2023 à 19:30 EXTRAIT

Madonne-et-Lamerey : deux milans royaux tués par une éolienne en l’espace de quelques semaines Depuis le début du mois de juin, deux milans royaux ont été retrouvés morts sur le site du parc éolien du Pays entre Madon et Moselle , à Madonne-et-Lamerey.


bottom of page