Rechercher

Les éoliennes n'apportent pas l'indépendance énergétique, et elles sont ruineuses ...

Dernière mise à jour : 10 mars

Éoliennes en Indre et Loire, Comcom de Loches, comment répondre aux quelques maires militants de l'éolien, certains sincères, certains intéressés...

Courriers : Nous nous permettons de vous écrire à la suite de votre intervention sur l'éolien lors du Conseil Communautaire du 03/03 dernier. Si votre argumentaire sur les nouvelles ressources qu'apportent les éoliennes aux collectivités peut s’entendre (avec les limites évoquées par le Président, à savoir l’atteinte aux revenus touristiques et à la valeur des bien des riverains) vos arguments sur l'indépendance énergétique sont erronés pour les raisons évoquées ci-dessous : - il n'y aucune filière de fabrication d'éoliennes terrestres en France. - les principaux opérateurs ou pétitionnaires de parcs éoliens en Indre & Loire sont étrangers. - l'éolien est une énergie intermittente qui nécessite la mise en place de centrales pilotables de backup qui fonctionnent au gaz, que la France importe à 99%.

Principaux fabricants d'équipements éoliens : Le marché des équipements éoliens est dominé par : - les fabricants Chinois qui contrôlent 32% du marché mondial : Goodwind part de marché 14%, Envision 8%, Mingyang 5%, Guodiang 3%, Sewind 2% - puis vient un fabricant Danois : Vestas avec 20% - puis deux acteurs Allemands : Siemens Gamesa 12% et Enercon 5% - un Américain : GE avec 8% de part de marché. Plus aucun fabricant français n'est présent sur le marché des éoliennes terrestres. Alstom Energie, qui a été revendu à GE (US) en 2015, s'est spécialisé sur les éoliennes géantes pour les parcs offshore.

Principaux candidats / exploitants de parcs éoliens en Indre & Loire: Les principaux opérateurs ou pétitionnaires de parcs éoliens en Indre & Loire sont tous étrangers : - à Sepmes, l'opérateur pétitionnaire est RWE, l'un des 4 principaux producteurs allemands d'électricité et le plus important exploitant de centrales thermiques au charbon d’Allemagne ; - à Bridoré, l'opérateur pétitionnaire est BayWA, un autre producteur allemand d'énergies fossiles et renouvelables, - Au Chaiseau, l'opérateur pétitionnaire majoritaire est deanGruppe, un autre producteur allemand d'énergies renouvelables, - à Fléré la Rivière, l'opérateur pétitionnaire est AboWind, un important producteur allemand d'énergies renouvelables, -au petit Pressigny, l’opérateur pétitionnaire est Windvision société belgonéerlandaise rachetée par le gestionnaire d’actifs américain Blackrock. - à la Chapelle Blanche Saint Martin / Vou, l’opérateur pétitionnaire est Volkswind société Allemande rachetée par le groupe Suisse AXPO…

Backups des systèmes éoliens au gaz : Enfin, vous n'êtes pas sans savoir que les éoliennes sont des systèmes de production d'électricité intermittents et non pilotables, qui nécessitent donc la mise en place de centrales de backup qui elles sont pilotables, pour les périodes où le vent est insuffisant. La mesure de cette intermittence est ce que l'on appelle le facteur de charge, c'est à dire le rapport entre (a) l'énergie effectivement produite annuellement par une éolienne et (b) l'énergie qu'elle aurait produite en tournant à plein régime pendant un an. En France, le facteur de charge de l'éolien terrestre est de 23% (source RTE 2021). Le principal backup mis en avant en Europe est la centrale électrique au gaz. Or, la France importe 99% de son gaz car elle n'en exploite pas sur son territoire : en 2020, 36% du gaz consommé en France venait de Norvège, 17% de Russie, 8% d'Algérie, 8% des Pays-Bas et 7% du Nigéria et le solde divers pays étrangers. On ne peut donc objectivement parler de l’indépendance énergétique de la France grâce au développement éolien. Je vous prie d'agréer, Madame la Maire, l'expression de nos sentiments distingués.

2ème maire interpellé :

Nous avons écouté attentivement votre intervention lors de la réunion du Conseil Communautaire de Loches Sud Touraine le 3 mars dernier et vous remercions d’avoir mis en évidence le sujet du coût des différentes filières de production d'électricité. Nous serons d'accord avec vous pour chiffrer le prix de l’électricité nucléaire du parc français à 50 € / MWh sortie de centrale. En revanche, votre affirmation d’un prix de l’électricité éolienne à 60 €/MWh est fondamentalement erronée pour deux raisons.

- Tout d’abord, le prix du MWh éolien sortie de parc doit intégrer l’ensemble des subventions dont bénéficie cette filière en France, lequel est estimé par la CRE(1) pour 2022 à 92,7 € / MWh et non pas 60€ / MWh.

- Ensuite, il faut rappeler que le MWh éolien est intermittent avec un facteur de charge de 23%(2) en 2021 . Pour que le client soit quand même servi en l’absence de vent (c’est à dire pour les 77% qui restent), le fournisseur doit livrer des MWh fabriqués dans une centrale thermique au gaz, sous réserve de la disponibilité de la production nucléaire(3). Le principal coût d’une centrale au gaz étant le combustible dont le prix de marché actuel est de 135 €/ MWh [*], que l’on peut utiliser comme une estimation minimale du coût du MWh d’électricité au gaz.

[*Actualisation : en raison des évènements actuels (Russie/Ukraine) le cours du gaz ce matin (mercredi 09/03/2022) était à 280€ le MWh... Et on parle ici de gaz "thermique" (brûler du gaz fait de la chaleur, le rendement est de 1. Mais récupérer la chaleur pour la transformer en électricité nécessite une turbine qui fait baisser ce rendement quasiment de moitié.)Ça nous mène à ~600 /700€ le MWh de gaz "électrique"!] Dans ces conditions : Le véritable coût complet du MWh éolien sous assistance des centrales à gaz ressort donc à un minimum de 125 €/ MWh(4), c’est à dire au moins 2,5x fois plus cher que le MWh de Centrale nucléaire. Vous avez évoqué les prix record de l'électricité sur le marché libre fin janvier. Ceci est exact. Il se trouve qu’à cette époque, il a fait froid partout en Europe et que le besoin en électricité a été très important. Or pour y répondre, il y avait à ce moment-là très peu de vent et de soleil. Les centrales électriques ont généré très peu d’excédent de production, hormis le charbon allemand. Les faibles capacité mise à disposition du marché ont fait que les prix se sont envolés ! La production éolienne autour de 2% (Site Eco2mix et electricity Map) n’a pas contribué à répondre à la demande d’électricité, et le doublement de la capacité éolienne n'aurait pas servi à grand-chose. Présenter les éoliennes comme la solution pour éviter ces épisodes de « prix record » est une contre vérité. En conclusion, Monsieur le Maire, contrairement à vos affirmations du 3 mars dernier, l'éolien terrestre en France n'est absolument pas une source d’électricité au coût compétitif. Fédération Vent Contraire en Touraine et Berry APEP ADECTE Collectif Nouans sans éoliennes Nouvel Horizon37


1 CRE, ANNEXE 1 Charges de service public de l’énergie prévisionnelles au titre de l’année 2022 (CP’22), 15 juillet 2021 2 RTE bilan électrique 2021 (https://www.rte-france.com/actualites/bilan-electrique-2021 ) 3 Mais si la capacité nucléaire (décarbonée et pilotable) est disponible, alors pourquoi investir dans des capacités éoliennes intermittentes ? 4 Le coût complet du MWh issu du système éolien, intégrant celui du backup au gaz, se calcule comme la moyenne pondérée par le facteur de charge : 23% x 92,7 + 77% x 135€ = 125 €/ MW