Rechercher

Brèves du 20/06/2022


Des personnes marchent devant des panneaux solaires dans une centrale photovoltaïque du comté de Songxi, dans la province de Fujian (sud-est de la Chine) - Tous droits réservés Chinatopix vía AP Photo


Quelques informations dans cette période lourde de menaces avec

- la directive REPowerEU de la commission européenne

voir à ce sujet l'appel à participation dans la lettre de la FED :

Lettre FEd Contribution Consultation REPowerEU
.pdf
Download PDF • 438KB

La directive en cours d’adoption est soumise à enquête publique du 20 mai au 27 juillet 2022.

Son contenu ouvre la voie à tous les abus et nous allons devoir nous mobiliser comme jamais.

Pour participer (Associations ou personnes physiques), cliquer sur le lien suivant : https://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/have-your-say/ initiatives/13334-Projets-en-matiere-denergie-renouvelable- procedures-doctroi-de-permis-et-accords-dachat-delectricite_fr

Attention, à son ouverture la page web est déroutante. En faisant défiler la page vers le bas, un premier appel à contributions apparaît suivi de 728 avis. Il s’agit là d’une première consultation maintenant clôturée et qui s’est déroulée du 18 janvier au 12 avril 2022 comprenant pour finir les deux documents de synthèse. La consultation publique actuelle apparaît juste après en faisant défiler la page web. Elle est facile à reconnaitre avec son surbrillance orange.

Descendre le long de la page Internet pour voir apparaître le contenu suivant (texte en surbrillance orange)


L'industrie éolienne allemande est en grande difficulté, mais l'Allemagne avance ses pions à travers la Commission Européenne et c'est la raison pour laquelle il est impératif de contribuer à la consultation publique européenne pour refuser cette directive.


- L'Allemagne va imposer des éoliennes aux régions

L'Allemagne va imposer les éoliennes
.pdf
Download PDF • 206KB

- L'UE a besoin des énergies renouvelables et, pour cela, dépend de la Chine

https://fr.euronews.com/my-europe/2022/06/13/l-ue-a-besoin-des-energies-renouvelables-et-pour-cela-depend-de-la-chine

- Le résultat des élections législatives laisse espérer l'opportunité d'agir auprès des députés.

La loi d'accélération du développement des EnR
.pdf
Download PDF • 128KB

- Une remarque très importante dans l'article de Ludovic Grangeon à propos de Black Rock qui jusqu'alors était la référence pour ses investissements dans les énergies (renouvelables ou polluantes d'ailleurs). La position du plus gros gestionnaire d'actifs au monde est un signe important, et il faudra surveiller dans les mois qui viennent l'engouement pour les investissements dans les EnR

Déjà le plus gros des fonds d’investissement, Black Rock, sent le vent tourner puisqu’il annonce dans sa lettre 2022 aux actionnaires que l’avenir n’est plus dans les projets verts actuels parce qu’ils ne sont pas efficaces et ne répondent pas aux changements climatiques BlackRock est une société multinationale américaine spécialisée dans la gestion d'actifs, dont le siège social est situé à New York. Fondée en 1988, elle est devenue le plus important gestionnaire d'actifs au monde, avec près de 7 800 milliards de dollars d'encours en octobre 2020

http://www.economiematin.fr/news-eolien-offshore-danger-france-critique-grangeon



- «En réactivant ses centrales à charbon, l'Allemagne va être un responsable important de la dégradation du climat»

Pour sortir de sa dépendance au gaz russe, l'Allemagne envisage de réactiver 15 centrales à charbon. Ce pays a adopté une stratégie anti-nucléaire, non sans le dessein de contrecarrer les intérêts français, et au prix d'un désastre écologique, selon l'expert en politique énergétique Fabien Bouglé.

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/en-reactivant-ses-centrales-a-charbon-l-allemagne-va-etre-un-acteur-majeur-de-la-degradation-du-climat-20220527


- La production électrique par filière (source RTE), un petit rappel pour les utopistes du 100% ENr

production électricité par filière le 15-6-22 et du 13 au 15-6
.pdf
Download PDF • 239KB

Les Brèves

BREVES 20/6/22

Extrait

En avril, face aux sanctions économiques et à un manque de clients, la Russie a été contrainte de produire un million de barils de pétrole en moins chaque jour. En mai, ce sont 200 000 à 300 000 barils supplémentaires qui sont produits chaque jour. Cela en particulier grâce aux clients asiatiques qui n’hésitent pas à augmenter leurs commandes de pétrole russe, profitant des bas tarifs pratiqués. Mais ils ne sont pas les seuls, puisque la Russie utilise un stratagème efficace : le pétrole est d’abord envoyé vers d’autres marchés, avant d’être réexpédié vers l’Europe. Certains médias ont éventé le « truc » utilisé : on mélange 49,99% de pétrole russe avec 51,01% de pétrole d’une autre provenance, de sorte que le produit ne soit pas estampillé comme russe. Ou bien le brut russe peut être raffiné en Inde, il est alors impossible d’en déterminer l’origine. Le groupe pétrolier Shell a été accusé par des médias d’avoir recours à ces procédés…

Extrait AFP

L'Observatoire de l'inflation de 60 millions de consommateurs prévoit un surcoût moyen de 90 euros par mois pour les ménages français AFP parue le 01 juin 2022 - 17h13 L'inflation pourrait entraîner un surcoût moyen de 90 euros par mois pour les ménages, un tiers en raison de la hausse des prix de l'énergie, un tiers provenant du transport et un tiers de la hausse attendue du panier moyen en grandes surfaces, selon une étude mercredi.

Transition bas carbone : alerte sur les besoins en matières critiques

Faute d'accélérer la transition vers une économie circulaire, la France sera confrontée à une explosion de ses besoins en ressources critiques, prévient une étude de Capgemini Invent pour l'Institut national de l'économie circulaire.

Gouvernance | 09 juin 2022 | Philippe Collet | Actu-Environnement.com EXTRAIT

Réduire la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer cette pageEnvoyer par e-mail

Les contraintes qui pèsent sur les ressources minérales et naturelles sont un angle mort de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), explique en substance l'Institut national de l'économie circulaire (Inec), qui publie, ce jeudi 9 juin, une étude sur le sujet réalisée par Capgemini Invent. Si la France n'accélère pas sa transition vers une économie circulaire, les besoins en matières critiques pourraient être multipliés par seize d'ici à 2050, explique Alain Chardon.

- EXTRAIT EUROPE 1 le 14-6-22

Développer des énergies renouvelables Le troisième chantier du gouvernement est celui du développement des énergies renouvelables. "Nous allons avoir besoin de beaucoup plus d'énergie décarbonée", assure Agnès Pannier-Runacher. "Nous avons besoin de l'éolien terrestre, de l'éolien marin, du photovoltaïque, de la géothermie, éventuellement de l'hydrolien, tout ce qui est énergie renouvelable est bon à prendre." Mais l'installation de certaines de ces énergies renouvelables fait parfois grincer des dents les Français. "Vous avez des avantages et des inconvénients sur chacune de ces énergies, ça se développe au cas par cas avec les habitants et les élus locaux", tient à rassurer la ministre. "Il faut regarder par territoires où l'on a des réserves foncières, où on a une acceptabilité de la population pour accueillir de nouvelles installations. Est-ce plus facile d'accueillir du photovoltaïque ? Le photovoltaïque, ça prend des mètres carrés, des hectares de terrain. L'éolien, c'est plus concentré, mais plus visible", constate-t-elle.

Ajouter cette page à vos favoris

Taxonomie : les eurodéputés rejettent en commissions l'inclusion du gaz et du nucléaire

Energie | 14 juin 2022 | Rachida Boughriet | Actu-Environnement.com EXTRAIT

Réduire la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer cette pageEnvoyer par e-mail

Ce mardi 14 juin, les députés européens des commissions des affaires économiques et de l'environnement se sont opposés à l'inclusion du gaz et du nucléaire dans la taxonomie verte européenne. En février dernier, la Commission européenne avait adopté un acte délégué qui classe, sous conditions, le gaz et le nucléaire dans les énergies de transition, donc éligibles à la finance verte. Soixante-seize eurodéputés ont adopté une résolution des commissions conjointes qui rejette la proposition

Commentaire : ce n’est pas fini un autre vote aura lieu en juillet

SUEDE :

Vattenfall se tourne vers plus d'énergie nucléaire

Vattenfall augmente sa production d'énergie nucléaire. La mesure devrait réduire les pics de prix dans le sud de la Suède.


Le miracle des ENR

https://www.youtube.com/watch?v=0PkgZ2ihKlU

Un petit film court et très argumenté


CEREME

  • EDF et la Société française d’énergie nucléaire ont présenté le 16 juin les résultats d’une étude de deux ans sur l’analyse du cycle de vie (ACV) du nucléaire en France, indiquant que le nucléaire français émet 3,7 gCO₂éq par kWh. En retenant les données de 2019, ils calculent un niveau d’émission « sensible à différents éléments, comme la durée de vie des réacteurs ou le niveau de production » qui est compris entre 2,9 et 4,6 grammes d’équivalent CO₂ par kWh. EDF et la Sfen soulignent que les chiffres du Giec et de l’Ademe, qui font respectivement référence au niveau international et français, sont de 12 et 6 gCO₂éq par kWh.


ALLEMAGNE

_ ZEIR ONLINE (Extrait) 17/6/22

La dernière usine de pales de rotor à Rostock ferme. L'industrie est en difficulté en ce moment. Lorsque Nordex fermera ses portes à Rostock fin juin, le dernier site de fabrication de pales de rotor en Allemagne aura également disparu.

Non seulement les entreprises allemandes, mais aussi les entreprises européennes telles que Siemens Gamesa et le fabricant d'installations danois Vestas sont aux prises avec des pertes, des emplacements non rentables et une concurrence bon marché de la Chine. Vestas n'a fermé son usine allemande de rotors d'éoliennes en Lusace qu'en avril. Enercon d'Aurich, autrefois pionnier du redressement énergétique en Allemagne, a largement internationalisé la production il y a quelques années . Depuis le pic de 2016, l'industrie a supprimé environ 60 000 emplois

Commentaire : l’industrie éolienne à la peine en Europe, la dépendance à la Chine va augmenter… ! L’Allemagne mesure pourtant en ce moment le danger de la dépendance avec sa dépendance au gaz, au pétrole et au charbon russe. Qui ose parler d’indépendance énergétique avec les éoliennes ? …

_Mort des chauves-souris sur les éoliennes : les chercheurs mettent en garde contre des conséquences encore pires Berliner Zeitung Une étude berlinoise examine comment la mort des chauves-souris affecte la chaîne alimentaire et la biodiversité. Elle appelle à une meilleure réglementation. Torsten Harmsen , 9 juin 2022 - 17h10 Commentaire : il semble que le gouvernement allemand n’a pas eu connaissance de cette étude… ou bien veut l’ignorer. Ce qui est le cas avec le permis de tuer les espèces protégées

Plombé par le renchérissement du fret et de matières premières vitales, le coût d'investissement pour construire de nouvelles capacités solaires et éoliennes terrestres a crû de 15 à 25% entre 2020 et 2022, soldant une décennie de baisse, a calculé l'Agence internationale de l'énergie.

AFP

2 juin 2022 _Quand l’inflation menace les EnR

L'électricité d'origine renouvelable reste compétitive face aux autres énergies, ajoute l'AIE, mais le maintien attendu sur au moins 2022 et 2023 de coûts d'installation plus élevés qu'avant-Covid pourrait compliquer son accélération.

En un an, le prix du cobalt a plus que doublé, quand, de janvier 2021 à mars 2022, le nickel gagnait 94%, l'aluminium 76%, le cuivre 34%... Le lithium a même crû de 738% sur cette période (contre +13% de moyenne annuelle ces dix dernières années). Ainsi le prix des modules photovoltaïques, divisé par quatre en cinq ans, a-t-il augmenté de 16% l'an dernier. Le coût de l'éolien a pris 9%: l'offshore en particulier subit le surcoût des métaux rares et du cuivre, qui affecte aussi câblages et raccordements. Quant aux batteries lithium-ion des voitures électriques, la part des alliages de cathodes est passée de 3% du coût total en 2015 à plus de 20%, note l'AIE...

"Le lithium s'est envolé car la demande a doublé en 2021 et l'offre n'a pu suivre. C'est un petit marché, et une moindre hausse de la demande fait bouger massivement les prix", explique à l'AFP Tae-Yoon Kim, analyste pour l'AIE.